Œdème de Quincke
Un œdème de Quincke est un œdème du derme profond et des tissus sous-cutanés. Il s'agit généralement d'une réaction à médiation des mastocytes aiguë provoquée par l'exposition à un médicament, un venin, un aliment, des allergènes de plumes d'animaux ou de pollen. L'œdème de Quincke peut aussi être une réaction aiguë à des inhibiteurs de l'ECA, une réaction chronique, ou un trouble héréditaire ou acquis caractérisé par une réponse anormale du complément. Le principal symptôme est un œdème, qui peut être sévère. Le diagnostic repose sur l'examen clinique. Le traitement consiste à protéger les voies aériennes, à éliminer ou éviter l'allergène, les médicaments pour minimiser le gonflement (p. ex., anti-H1).

L'angio-œdème (œdème de Quincke) est un gonflement (généralement localisé) des tissus sous-cutanés dû à une augmentation de la perméabilité vasculaire et à l'extravasation du liquide intravasculaire. Les médiateurs connus de l'augmentation de la perméabilité vasculaire comprennent les suivants:

  • Médiateurs provenant des mastocytes (p. ex., histamine, leucotriènes, prostaglandines)

  • Bradykinine et médiateurs dérivés du complément

Les médiateurs dérivés des mastocytes tendent à affecter également les couches superficielles du tissu sous-cutané, dont la jonction dermo-épidermique. Dans ce cas, ces médiateurs provoquent une urticaire et un prurit, qui accompagnent habituellement l'œdème de Quincke à médiation par les mastocytes.

Dans l'angio-œdème (œdème de Quincke) à médiation par la bradykinine, le derme est généralement épargné, si urticaire et prurit sont absents.

Dans certains cas, le mécanisme et la cause de l'œdème de Quincke sont inconnus. Plusieurs causes (p. ex., inhibiteurs calciques, médicaments fibrinolytiques) n'ont aucun mécanisme identifié; parfois une cause (p. ex., relaxants musculaires) de mécanisme connu est négligée cliniquement.

L'angio-œdème (œdème de Quincke) peuvent être aiguës ou chroniques (> 6 semaines). Il existe des formes héréditaires et acquises caractérisées par une réponse complémentaire anormale.

Angioœdème (œdème de Quincke) aigu

L'angio-œdème aigu (œdème de Quincke) est médié par les mastocytes dans > 90% des cas. Les mécanismes à médiation mastocytaire comprennent les réactions allergiques aiguës, généralement médiées par les IgE. L'œdème de Quincke médié par les IgE est généralement accompagné d'un urticaireaigu (papules et érythème locaux dans la peau). Il peut souvent être causé par les mêmes allergènes (p. ex., médicament, venin, allergènes alimentaires, extraits) qui sont responsables de l'urticaire aiguë médié par les IgE.

L'œdème de Quincke aigu peut également résulter d'agents qui stimulent directement les mastocytes sans impliquer les IgE. Les causes peuvent comprendre des opiacés, des produits de contraste radio-opaques, l'aspirine et les AINS.

Les inhibiteurs de l'ECA provoquent jusqu'à 30% des cas d'œdème de Quincke aiguë vus dans les départements d'urgence. Les inhibiteurs de l'ECA peuvent accroître directement les taux de bradykinine. Le visage et les voies respiratoires supérieures sont le plus souvent touchés, mais le côlon peut être atteint. L'urticaire ne survient pas. L'angio-œdème (œdème de Quincke) peut survenir rapidement ou des années après le début de la thérapie.

Angio-œdème (œdème de Quincke) chronique

La cause de l'angio-œdème (œdème de Quincke) chronique (> 6 semaines) est généralement inconnue. Les mécanismes à médiation IgE sont rares, mais l'ingestion chronique d'une substance chimique ou d'un médicament non suspectés (p. ex., pénicilline dans le lait, médicament en vente libre, conservateurs, autres additifs alimentaires) est souvent en cause. Quelques cas sont dus à une carence héréditaire ou acquise en inhibiteur de C1.

L'angio-œdème idiopathique est un œdème de Quincke qui se produit sans urticaire, qui est chronique et récurrent, et qui n'a pas de cause identifiable.

Angio-œdème (œdème de Quincke) héréditaire et acquis

L'angio-œdème (œdème de Quincke) héréditaire et l'angio-œdème acquis sont des troubles caractérisés par des réponses anormales du complément et causés par une carence ou un dysfonctionnement de l'inhibiteur de C1. Les symptômes sont ceux de l'angio-œdème (œdème de Quincke) à médiation par la bradykinine.

Symptomatologie

Dans l'œdème de Quincke, l'œdème est souvent asymétrique et légèrement douloureux. Il implique souvent le visage, les lèvres et/ou la langue, et peut également toucher le dos des mains ou des pieds, ou les organes génitaux. L'œdème des voies respiratoires supérieures peut entraîner une détresse respiratoire et un stridor pouvant être confondu avec de l'asthme. Les voies respiratoires peuvent être complètement obstruées. L'œdème des intestins peut provoquer des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales de type coliques, et/ou des diarrhées.

D'autres manifestations de l'œdème de Quincke dépendent du médiateur.

Angio-œdème (œdème de Quincke) à médiation par les mastocytes

  • Tend à se développer en quelques minutes à plusieurs heures

  • Peut être accompagné d'autres manifestations de réactions allergiques aiguës (p. ex., prurit, urticaire, bouffées de chaleur, bronchospasme, choc anaphylactique)

Angio-œdème (œdème de Quincke) à médiation par la bradykinine

  • Tend à se développer en quelques heures ou jours

  • N'est pas accompagné par d'autres manifestations allergiques

Evolution et Traitement

  • Traitement des voies respiratoires

  • Dans l'angio-œdème à médiation par les mastocytes, un antihistaminique et parfois un corticostéroïde systémique et de l'adrénaline

  • Dans l'œdème de Quincke dû à un inhibiteur l'ECA, parfois plasma et inhibiteur de C1 concentré congelé frais

  • En cas d'angio-œdème idiopathique récurrent, un antihistaminique po bid

L'œdème de Quincke, s'il n'est pas soigné, peut être fatal, en effet le gonflement des muqueuses des voies respiratoires supérieures peut empêcher l’air de passer et provoquer l’asphyxie : c’est l’arrêt respiratoire.
En outre, cette réaction allergique est parfois associée à un arrêt brutal de la circulation sanguine : c’est le choc anaphylactique, qui est une insuffisance circulatoire aiguë, d'origine allergique, pouvant elle aussi être mortelle.

Un œdème de Quincke impose l'administration d'un traitement d'urgence, surtout si le patient ressent une gêne respiratoire. On recommande d'aller aux urgences de l’hôpital le plus proche, ou d'appeler le 15 ou le 112. Si l'oedème ne touche que la peau, la prise d'antihistaminiques suffit. Si les voies aériennes sont touchées, la solution réside en une injection d'adrénaline et des corticoïdes d'action rapide. Mais si le gonflement se poursuit, un transfert immédiat en réanimation est indispensable.

La seule prévention consiste à identifier et supprimer l’allergène qui a déclenché l’œdème. Mais il reste inconnu dans bien des cas, n'offrant alors pas la possibilité de prévenir un nouvel œdème. Et en cas d'atteinte du pharynx ou du laynx, il est imératif de posséder une trousse de secours comportant un stylo-injecteur d'adrénaline, un antihistaminique et un corticoïde.

Source : Manuel msd, pubmed, science